Guillaume Friocourt

à l’Orangerie , du 10 au 19 mars

Si l’exposition s’intitulait “Marines”, et si les tempêtes d’Ouessant se partageaient l’espace avec les paysages zen de Saint-Briac, Guillaume est net dans son propos : “le thème, c’est la peinture”, d’où l’absence de titres. Ce qu’il cherche, c’est le travail avec la matière et le jeu des transparences. Diriger des coulées de matière, gratter, créer des accidents, des dégoulinures mouvantes qui révèlent des fonds et fabriquent d’autres couleurs. Bleus, ocres, bruns, blancs renforcent également l’harmonie de l’ensemble.

Depuis sa dernière exposition à l’Orangerie, il y a deux ans (pots d’ateliers, gravures, marines, arbres) Guillaume a travaillé à Saint-Briac avec un collectif de photographes “tendances floues”. En avril, avec une déambulation originale à Montreuil, il poursuivra son dialogue peinture/photos. Puis  il exposera à l’Ile d’Yeu du 17 au 30 juillet, en collaboration avec un violoncelliste, et à Erquy, du 11 au 20 août.

www.guillaumefriocourt.fr